Boucle de Rions

RIONS

Données 028
Données 030
Données 046

Description

Visitez Rions, située au pied des coteaux de la rive droite de la Garonne, lovée au coeur du vignoble des Premières Côtes de Bordeaux. Lieu de promenade agréable en toutes saisons, les amateurs de vieilles pierres seront comblés par le charme de la vieille cité aux monuments remarquables. Gagnez ensuite les coteaux, où se trouvent de nombreux petits châteaux dans les vignes et qui offrent des points de vue dégagés sur la Garonne.

    Les données du parcours

  • Départ : RIONS
  • Arrivée : RIONS
  • Non balisé

Points d'intérets

Données 045
L’enceinte fortifiée

L’enceinte fortifiée (Monument Historique) est célèbre. Cette dernière épouse un plan en forme de polygone allongé irrégulier, le tout sur 330 m de long et de 170 m de large. Les remparts qui la constituent datent de 1330 et ont été restaurés en 1881. Du côté du fleuve, rochers et murs ont été complétés par des lices aménagées au pied des rochers. Deux fossés parallèles enveloppent le reste de la ville, séparés par une étroite langue de terre surmontée d’un chemin de ronde protégé autrefois par des palissades. Ce chemin est relié aux barbacanes, en avant des portes. Les courtines sont irrégulièrement scandées de tours et de portes fortifiées qui défendent les entrées.

Données 040
La porte du l’Hyan

Des trois portes fortifiées, Porte Lavidon, Porte Normande, Porte du L’Hyan, seule cette dernière est parvenue jusqu’à nous dans son état d’origine.En saillie importante par rapport aux murs des courtines, de plan carré, la Porte du l’Hyan s’ouvre entre deux tourelles rondes qui la cantonnent. Le passage voûté sur croisée d’ogives est défendu par un assommoir, une herse et des vantaux de bois. Les parties hautes de la porte ont été restaurées par l’architecte Léon Drouyn, fils du célèbre archéologue du même nom, sauvant ainsi ce beau monument d’architecture militaire.

Capture d’écran 2015-07-08 à 14.51.54
La citadelle

Elle occupe une place prépondérante dans le dispositif de défense de la cité : elle se résume à une tour bien conservée qui domine la plaine de la Garonne. La construction du XIVe siècle, aux puissantes fondations accrochées au rocher, est de plan carré. Solidement bâtie en moellons de pierre dure carrés appareillés, elle se développe sur trois étages et est percée d’une porte ménagée à une certaine hauteur au-dessus du niveau du sol de la ville. Le rez de-chaussée éclairé par une fenêtre carrée divisée en deux par un meneau vertical est pourvu d’une cheminée ménagée dans la paroi orientale sur laquelle elle ne fait pas saillie. L’édifice était couronné de mâchicoulis et de créneaux supportés par des consoles qui subsistent encore. On jouit depuis le haut d’un panorama exceptionnel sur la Garonne et le paysage aux alentours.

Données 049
La grotte de Charles VII

En contrebas de la citadelle, se trouve la grotte de Charles VII où coule une très ancienne source. Guillaume Seguin, seigneur de Rions, fit voûter d’ogives cette grotte, la transformant en une élégante fontaine, aménagée au XIXe siècle en lavoir. Appelée autrefois Fontaine aux Dames, ce lieu garde le souvenir du passage du roi Charles VII, qui, après la bataille de Castillon, serait venu soutenir les sièges de Rions et de Cadillac. L’endroit aurait plu au souverain qui s’y serait désaltéré et reposé.

Capture d’écran 2015-07-08 à 14.55.54
Le coeur de la vieille cité

De la place d’armes, on gagne la rue Lavidon, où se trouvait la porte du même nom, comparable à celle du l’Hyan et rasée au XIXe siècle. Les vestiges d’une partie de l’enceinte et d’une tour ronde appelée Tour Despujols donne un aperçu des limites de la ville. La rue Lavidon permet de rejoindre les rues Judaïque, Romaine et des remparts, qui représentent à elles seules un résumé de l’histoire de Rions. Ces ruelles ont conservé, avec beaucoup d’authenticité, leur physionomie d’autrefois, avec leur tracé sinueux, leurs caniveaux anciens… Elles recèlent de véritables trésors d’architecture que sont ces maisons anciennes qui ont échappé aux destructions occasionnées par l’alignement des rues au XIXe siècle.

Capture d’écran 2015-07-08 à 14.51.18
La halle

A l’intersection de la rue Lavidon et de la rue des Remparts, est située la halle connue sous le nom de halle aux petits pois, denrée qui connut son heure de gloire au XIXe siècle. Elle est remarquable par son positionnement dans la trame urbaine, mais aussi par son architecture de pierre de taille, ses grandes arcades et sa charpente traditionnelle en bois. Au bout de la rue de Lavidon, se trouve la Place du Repos, agrémentée de beaux arbres, qui occupe au chevet de l’église l’emplacement de l’ancien cimetière paroissial.

8-port-de-rions
Un port disparu

Rions possédait autrefois un petit port à l’abri des tumultes de la Garonne auquel on accédait par un estey (du gascon estey, partie d’un cours d’eau, qui, soumis au régime des marées se trouve à sec à marée basse). Au XIXe siècle, une activité importante lui était liée. Ce petit port très actif comportait cale et quais permettant l’acheminement par le fleuve des vins des coteaux jusqu’aux entrepôts des Chartrons. Les céréales, fruits (pêches et cerises), légumes (pois), tuiles et poteries transitaient par l’endroit pour alimenter le marché de Bordeaux. Le chenal fut comblé progressivement par les alluvions, la construction d’une digue édifiée vers 1828 n’y changea rien, et l’estey est aujourd’hui envahi par une nature sauvage.

Données 010
L’église Saint-Seurin

Classée Monument Historique De plan en croix latine, sans bas-côtés, c’est un monument roman. Seul le chevet de cette église a été conservé. Les chapiteaux sculptés de l’abside principale, ornés de feuillages et d’entrelacs ainsi qu’une représentation du sacrifice d’Abraham méritent l’attention du visiteur. A la fin du XIIe siècle, le transept est voûté d’ogives et l’arc triomphal comporte des chapiteaux figurant l’eucharistie (oiseaux picorant une gerbe de blé, oiseaux s’abreuvant dans une coupe). Au XIVe siècle, la nef romane est reconstruite et l’édifice est agrandi de l’adjonction de collatéraux. Tous ces travaux transforment l’église romane en église-halle gothique reconnaissable à ses voûtes sur croisées d’ogives.

Étapes

1
Etape 1 - Etape 1

Départ du parking au pied de l’église romane Saint-Seurin, classée Monument Historique. Sur la place de l’église, trône une élégante fontaine en fonte de l’architecte Auguste Bordes (1847), surmontée d’une statue de la Vierge (1856) oeuvre du fondeur Paul. Face au portail méridional de l’église se trouve la Maison des Marchands, qui a conservé son élévation d’origine du XVIIe siècle, avec sa boutique en rez-de-chaussée. De la place du Repos, on rejoint la Tour du Guet, par la rue du même nom. Cette tour ronde renforçait un angle de l’enceinte. Percée à l’origine de meurtrières, remplacées par des embrasures pour de petits canons, elle conserve encore ses mâchicoulis.

2
Etape 2 - Etape 2

Si vous sortez de la boucle et suivez le chemin du port vers la Garonne, vous accèderez à l’endroit où se trouvait l’ancien petit port de Rions, très actif à l’époque. Le chenal a été comblé progressivement par les alluvions, et l’estey est aujourd’hui envahi par une nature sauvage.

3
Etape 3 - Etape 3

Vous traversez le coeur de la vieille cité. De la place d’armes, vous gagnez la rue Lavidon, où se trouvait la porte du même nom, comparable à celle du l’Hyan et rasée au XIXe siècle. Les vestiges d’une partie de l’enceinte et d’une tour ronde appelée Tour Despujols donne un aperçu des limites de la ville. La rue Lavidon permet de rejoindre les rues Judaïque, Romaine et des remparts, qui représentent à elles seules un résumé de l’histoire de Rions.

4
Etape 4 - Etape 4

Sur 4,5 kilomètres, vous quittez le centre ville pour arpenter les coteaux de Garonne, jalonnés de vignobles. Les points de vue sont remarquables. Vous empruntez chemins ruraux et allées de vignes.

5
Etape 5 - Etape 5

Vous rentrez de nouveau dans la vieille cité, par la porte du l’Hyan, seule porte de la ville a être parvenue jusqu’à nous dans son état d’origine. Elle possède deux étages éclairés par des fenêtres carrées au-dessus du rez-de-chaussée, constituant une sorte de donjon.

6
Etape 6 - Etape 6

Vous longez la célèbre enceinte fortifiée (Monument Historique) et ses remparts datant de 1330. Du côté du fleuve, rochers et murs ont été complétés par des lices aménagées au pied des rochers. En contrebas de la citadelle, se trouve la grotte de Charles VII où coule une très ancienne source. En empruntant le Chemin des Grands Vins, vous pourrez observer de magnifiques jardins particuliers qui mettent en valeur les pieds de l’enceinte fortifiée autrefois dominée par le château des Seguin. L’un d’eux dissimule dans un écrin végétal, les restes d’une ancienne poterne. Vous revenez à l’église Saint-Seurin, votre point de départ.


A proximité

Le Passecan

Hébergements locatifs (meublés et chambres d'hôtes)

Chez Charlotte

Restauration

Château de la Tour

Restauration