Découverte

Estuaire de la Gironde et ses îles

Minicarte-MédocL’Estuaire de la Gironde est le plus vaste estuaire d’Europe occidentale. Et le mieux préservé. D’une superficie de 635 km²,  il s’étend sur 75 km de long et 12 km de large dans sa partie aval. Un véritable Mississipi ! Longeant les vignobles du Médoc, de Blaye et de Bourg, cet estuaire abrite de nombreuses îles, dont trois se visitent lors de croisières au départ de Bordeaux, Blaye, Bourg et Pauillac : l’île de Patiras, l’île Margaux et l’île Nouvelle. C’est également sur l’Estuaire que se trouve le « Verrou Vauban« (Citadelle de Blaye, Fort Pâté et Fort Médoc), triptyque défensif imaginé par Vauban et inscrit au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

Estuaire de la Gironde, un environnement naturel singulier

Les rives de l’Estuaire

Les paysages d’une rive à l’autre de l’Estuaire de la Gironde diffèrent peu. Rive gauche, côté Médoc, on trouve une plaine alluviale dominée par un paysage essentiellement viticole. Puis les vignes cèdent peu à peu leur place aux marais et aux dunes. Rive droite, en Haute Gironde, le paysage est un peu plus marqué car ici les vignobles de Blaye et Bourg sont situés sur des coteaux dominant l’Estuaire. Au nord de Blaye,  place aux grands marais où vit et se reproduit une faune exceptionnelle : cigognes, spatules blanches, loutres, busards et hérons cendrés…à observer dans la réserve ornithologique Terres d’Oiseaux, à Braud-et-Saint-Louis.

Les îles estuariennes

Neuf îles s’étirent au cœur de l’Estuaire depuis le bec d’Ambès jusqu’à la Pointe de Grave : Patiras, Bouchaud, Nouvelle, Pâté, Verte, Nord, Cazeau, Margaux, Macau. Ces îles sont à la fois des sites naturels propices à la préservation d’une faune exceptionnelle (île Nouvelle et île Bouchaud) et des pôles ressources pour l’agriculture (île de Patiras), la pêche ou la viticulture (île Margaux et île Verte).

Naviguer sur l’Estuaire

Naviguer - Estuaire de la Gironde © Gironde Tourisme - Gens d'Estuaire

Naviguer – Estuaire de la Gironde © Gironde Tourisme – Gens d’Estuaire

Sur environ 350 km² de zone navigable, l’Estuaire de la Gironde offre une palette infinie de visites au fil de l’eau. Remontée de l’Estuaire ou visites des îles à la journée ou à la demi-journée, vous aurez l’embarras du choix au départ des ports de Bordeaux, Blaye, Bourg, Pauillac.

Traverser l’Estuaire

D’une rive à l’autre, l’Estuaire de la Gironde se traverse en bac, sur lequel vous pourrez embarquer votre  voiture (et vélo). Toute l’année, de nombreuses liaisons sont assurés par le Département de la Gironde sur deux lignes : Verdon-sur-Mer (Médoc)/Royan (Charente-Maritime) et Lamarque (Médoc)/Blaye (Haute Gironde). Un réel gain de temps qui vous évitera de contourner l’Estuaire par l’agglomération bordelaise. Pratique l’été, ou pour aller passer une journée sur l’autre rive !

Le mascaret, phénomène fascinant de l’Estuaire

Lors des grandes marées d’équinoxe (avril/septembre), une longue vague, le mascaret, remonte l’Estuaire à près de 30 km/h vers l’intérieur des terres. Spectacle insolite, cette déferlante profite aux surfeurs téméraires ainsi qu’aux spectateurs massés sur les ports de Vayres et Saint-Pardon, situés sur la Dordogne près de Libourne.

Les ports de l’Estuaire

Du petit port de charme au port de plaisance, l’Estuaire de la Gironde offre une grande variété de haltes. De Saint-Ciers-sur-Gironde à Bourg côté Blayais et du Verdon-sur-Mer à Macau côté Médoc, une dizaine de ports se succèdent le long de ses rives. On découvre ainsi des petits ports de villages, d’authentiques havres de paix où il fait bon flâner lors d’une balade sur les quais.

Pêche au carrelet et spécialités estuariennes

De son embouchure jusqu’à Bordeaux, l’Estuaire de la Gironde abrite des carrelets, ces imposants filets de pêche carrés qui ont donné leur nom à une technique de pêche typiquement estuarienne ainsi qu’aux cabanes – sur pilotis – destinées à cette pratique. Cette pêche de hasard (les filets sont régulièrement remontés et aucun appât n’est utilisé) est essentiellement pratiquée par des amateurs. L’Estuaire de la Gironde est en effet le royaume des pêcheurs d’aloses, lamproies, anguilles, pibales et crevettes blanches, que l’on retrouve au menu des restaurants, bistrots et guinguettes ainsi que sur les étals des marchés aux côtés des productions locales telles que l’artichaut de Macau, l’asperge de Blaye et l’Agneau de Pauillac (Label Rouge).

L’Estuaire à portée de phares

Laissez-vous guider par le charme des phares estuariens. Plus surprenants les uns que les autres, ils vous invitent à prendre de la hauteur sur l’immensité et la singularité de l’Estuaire. A l’embouchure, le phare de Cordouan, plus ancien phare d’Europe (1611)  est encore habité par des gardiens et ouvert au public. Rive gauche, le phare de Grave qui assure la signalisation à la Pointe de Grave possède un Musée des Phares et Balises consacré à Cordouan. Plus au sud, le phare de Richard à Jau-Dignac-et-Loirac abrite un Musée dédié à la vie de l’estuaire de la Gironde du XIXe siècle à nos jours. Et enfin le phare de Patiras, situé sur l’île du même nom,  offre un point de vue exceptionnel sur l’archipel estuarien et les deux rives de l’Estuaire.