Abbayes et art roman

Initiée lors des grands défrichements monastiques, la construction de la plupart des édifices religieux de Gironde s’est étendue du Xe au XIIIe siècle. Certains monastères de l’Entre-Deux-Mers – La Sauve-Majeure (UNESCO), édifié en 1079, Blasimon et Saint-Ferme aux alentours de 1070 – essaiment sur l’ensemble des territoires, invitant les villageois à participer à la construction d’églises et de prieurés. Moines et laïques bâtissent donc ensemble un Gironde romane en s’inspirant d’édifices saintongeais, comme en témoignent les portails richement décorés des églises de Blasimon, Castelviel, Fronsac, Guîtres, Moulis, Petit-Palais ou encore celui de l’église Sainte-Croix à Bordeaux.

Si l’art roman prédomine en Gironde, quelques édifices illustrent également le faste gothique : la cathédrale Saint-Michel à Bordeaux, la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Bazas, la collégiale d’Uzeste –où repose le pape Clément V, né Bertrand de Got à Villandraut- ou l’église Saint-Pierre de la Réole.


Abbayes et Art Roman

9 résultat(s)